11 juin 2012

Pour inaugurer cette série, transportons nous à Bayonne.
Le 15 juillet 1934, la ville est en effervescence et a pavoisée en l'honneur du Ministre des Affaires Etrangères et des personnalités étrangères venues inaugurer le monument aux Morts.
A 9h24, le Préfet des Basse-Pyrénées Robert Mireur (signalé par la croix), accueille devant la Gare du Midi à Bayonne, les personnalités. Il est accompagné des Sous-préfets Anthelme et Augustin.
A la droite du Préfet Mireur se tient son Excellence l'Ambassadeur  de Pologne en France,Alfred Chlapowski. L'Ambassadeur d'Espagne est aussi présent.

Le Ministre Louis Bartou (http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Barthou), se trouve au centre melon à la main et canne sur l'avant bras. Natif du département (Oloron Ste-Marie), il trouvera une mort tragique trois mois presque jour pour jour, après la date de ce cliché.
En effet, le 9 octobre 1934, alors qu'il accueille à Marseille le Roi Alexandre 1er de Yougoslavie, un révolutionnaire Macédonien attente à la vie du Roi, un policier français riposte et blesse mortellement le Ministre des Affaires Etrangères.

Pour l'heure ce sont les festivités qui sont au programme, le journal le Figaro relate:
"A leur arrivée à la gare, les voyageurs

furent accueillis par MM. Mireur, préfet

des Basses-Pyrénées; Anthelme, sous-pré-

fet de Bayonne le docteur Lafourcade,

maire de la ville Jean Augustin, sous-pré-

fet d'Oloron Lillaz, député, ancien minis-
tre les membres du conseil municipal
Ghamisee, consul de Pologne Bermejo,
consul d'Espagne, et le général Hug, com-
mandant la place.
Une immense foule s'était massée sur
la place de la Gare. La musique du 18e
d'infanterie exécuta la Marseillaise.
M. Louis Barthou et les ambassadeurs
montèrent alors.cn voiture, cependant que
la population saluait le ministre des Affai-
res étrangères des cris répétés Vive
la France Vive Barthou »
Après la réception à l'hôtel de ville, les
hôtes de Bayonne, entourés des autorités
civiles et précédés d'un peloton de gardes 
mobiles, se rendent au monument des
morts de Bayonne, veillent les statues
du combattant de 1914 et du berger bas-
que. Deux plaques de pierre sont fixées
dans le mur des remparts on y lit les
noms des volontaires tchécoslovaques et
espagnols morts pour la France. Deux au-
tres plaques, qui commémorent les Polo-
nais et les Portugais volontaires également
tombés au champ d'honneur-, vont être
inaugurées. ̃
On sonne aux champs. MM. Louis Bar-
thou.de Chlapowski et le commandant Por-
tella déposent des couronnes et des gerbes
au pied du monument. La musique inuni-
cipale exécute l'hymne polonais, et M. de
Chlapowski monte à la tribune pour pro-
noncer un vibrant discours dans lequel
l'ambassadeur exalte l'amitié franco-polo-
naise. Incidemment, M. de Chlapowski
fournit un curieux détail sur la pierre
commémorative des Polonais morts pour
la France, surnommés les Bayonnâis 
La plaque en pierre polonaise qui sera
apposée au monument des morts de Bayon-
ne est une pierre de Rackawice village
qui a été témoin d'une victoire, en 1794,
par laquelle a débuté l'insurrection con-
duite par Thadée Kosciusszko" 


Le corps Préfectoral des Basses-Pyrénées accueille à la Gare du Midi, le Ministre Louis Bartou et les Diplomates Etrangers.
   (Photo Coll.J.Cornieux) 



Aucun commentaire: