05 janvier 2010

Le Corps Préfectoral de l'Allier

 sous  le

 Consulat et le Premier Empire

1800-1814





**************************************

Le costume des Préfets tel que décrit en 1800, sous le Consulat.(Bibliothèque Nationale).


La découverte toute récente d'un très gros lot de documents (une centaine de lettres datées de 1802 à 1815) relatifs à la correspondance entre la Préfecture et une petite commune de l'Allier, va me permettre de vous présenter les premiers préfets du départements et leurs collaborateurs, du Consulat au 1er Empire.

D'autres articles suivront pour la période de la Restauration, entrecoupée par les Cents-Jours(mars/juin 1815).

****

Au début de 1790, l'ancienne administration territoriale fût abolie, les Intendants et les Généralités supprimées.Le décret du 26 février 1790 divise la France en 83 départements et en arrondissements communaux, chaque départements est administré par un Conseil Général, l'ancien BOURBONNAIS devient le département de l 'ALLIER. La loi du 17 février 1800 décide qu'il y aura dans tout département un Péfet qui sera seul, chargé de l'administration. Il sera secondé par un secrétaire général, les sous-préfets, et 3 conseillers de préfecture.

Le département de l'Allier et ses 4 arrondissements.

***

Le département de l'Allier selon la Constitution de l'an VIII (1800), sera découpé en 4 arrondissements communaux: Montluçon le 1er, Moulins le 2 ème, en sera la Préfecture, Gannat le 3ème et Lapalisse le 4ème. Les 1er, 3e et 4e arrondissements forment les 3 sous-préfectures du département.







Loi du 28 pluviose An VIII (17 février 1800) concernant la division du territoire de la République et qui indique pour chaque département le nombre des Conseillers de préfecture et le nombre de Conseillers Généraux. Ici pour l'Allier, 3 Conseillers de préfecture (cités plus bas) et 16 Conseillers Généraux.


 Il est important de signaler que de 1811 à 1815, il y a près du préfet de chaque département un Auditeur au Conseil d'Etat qui à le titre et les fonctions de Sous-préfet de l'arrondissement.
Ce qui  porte à 4 le nombre de Sous-préfectures , cette dernière (Moulins) sera supprimée par l'ordonnance du 20 décembre 1815. Elle n'aura eu qu'une existence éphémère. 
Les Sous-préfets de l'arrondissement de Moulins sont durant cette période:



- Janvier 1811: Guillaume Barbat du Closel
- Avril 1813: Philippe Pallavicini
- Juillet 1814: Auguste de Pons
- Avril 1815: Jean François Burelle
- Juin 1815: Clément Delaage
- Juillet 1815: Auguste de Pons

  
Très intéressant document, de la mairie de Moulins rédigé en 1814, au dos figure le cachet et la signature du Sous-préfet de Moulins. "En Sous-préfecture à Moulins le 3 septembre 1814" Il s'agit du  Sous-préfet  Auguste Comte de Pons.
(coll.J.Cornieux)


****




Le 11 Ventôse en VIII (2 mars 1800), le Citoyen Huguet Jean-Antoine, ancien Constituant du Puy-de-Dôme, est nommé Préfet de l'Allier.Il arrive en poste a Moulins,  le 17 Germinal an VIII (7 avril 1800).

Député en 1789, au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif, né à Billom (Puy-de-Dôme) le 28 mars 1751, mort à Riom (Puy-de-Dôme) le 30 juillet 1819, fut élu député du tiers aux Etats-Généraux par le bailliage de Clermont en Auvergne, le 20 mars 1789; il ne s'y fit point remarquer. Après la Constituante, il devint maire de Billom, procureur-syndic à Clermont-Ferrand, fut élu deputé du Puy-de-Dôme au Conseil des Cinq-Cents avec 252 voix (451 votants), le 24 vendemiaire an IV (16 octobre 1795), adhéra au coup d'Etat de brumaire, fut nommé préfet de l'Allier le 11 ventôse an VIII( 2 mars 1800), et choisi, le 6 germinal an X ( 27 mars 1802), par le Sénat conservateur, comme député du Puy-de-Dôme au Corps législatif. L'empereur lui donna, le 17 avril 1811, lors de la réorganisation des cours et tribunaux, un siège de conseiller à la cour impériale de Riom.

L'Hotel d'Ansac rue Diderot à Moulins, ancienne demeure des Intendants Généraux du Bourbonnais, sera la résidence des Préfets jusqu'en 1822.

L'hotel d'Ansac (actuel tribunal d'instance)

*********

 
Lettre en date du 7 mars 1800, (5 jours après sa nommination) adressée au Préfet Huguet Jean-Antoine, par  Huguet (son frère), membre du Tribunat, à propos de la recommandation d'un individu pour le poste de sous-préfet de Lapalisse ou Montluçon.(Coll.J.Cornieux)

Jean-Antoine HUGUET, sera préfet jusqu'au 3 pluviôse An IX (23 janvier 1801). Son séjour dans l'Allier dura à peine une année, car, Auvergnat, il avait gardé des amitiés avec les intimes de Lafayette et se vit repprocher de fréquenter des ennemis du gouvernement.
Le Préfet Huguet quitte Moulins le 23 janvier 1801, nommé Conservateur des Eaux et Forêts à Aix-en-Provence.


********
Le 18 germinal an VIII (8 avril 1800) les anciens Administrateurs du département, BURELLE, CLAUSTRIER et RADOT forment le Conseil de Prefecture. LHUYLIER (agent secret des Bourbon) devient le Secrétaire Général. L'ex Commissaire du Pouvoir exécutif, COSSONNIER, sera sous-préfet de Lapalisse, l'ancien Législateur HENNEQUIN celui de Gannat et l'ancien Representant du peuple au Conseil des Cinq-Cents, AMELOT sous-préfet de Montluçon.

*****

La Sous-Préfecture de GANNAT:

La Sous-préfecture de GANNAT au début du 20ème siècle.(maintenant établissement scolaire privé Sainte-Procule)Coll.J.Cornieux.


Joseph HENNEQUIN: Député en 1791, et de 1807 à 1815, né à Gannat (Allier) le 11 avril 1748, mort à Gannat le 31 octobre 1837, « fils de Claude-Gilbert Hennequin, avocat au parlement, et de dame Jeanne Collin, son épouse, » était avocat à Gannat et maire de cette ville, lorsqu'il fut élu, le 28 août 1791, le 4e sur 8, député de l'Allier à l'Assemblée législative, par 248 voix (358 votants). Il s'y fit peu remarquer. Nommé plus tard, le 18 germinal an VIII (8 avril 1800) sous-préfet de Gannat (jusqu'en fevrier 1807), il fut, le 17 février 1807, élu par le Sénat conservateur député de l'Allier au Corps législatif, et ce mandat lui fut renouvelé le 6 janvier 1813. Hennequin se rallia à la déchéance de Napoléon et à la restauration des Bourbons, et fut, en 1819, vice-président du corps électoral de son département. On doit à J. Hennequin : Jacquers Menners, le Petit Jean et leur chien Blouff, suivi du Voyageur, traduits de l'anglais (1801), et un poème, la Terrasse de l'Anglar (1805).

Acte de naissance de Joseph HENNEQUIN.
(Archives NAtionales)


Le buste d'origine de J.HENNEQUIN qui surplombe la fontaine, était en bronze . En 1942, les Allemands le déboulonne  pour le fondre.

Le buste actuel (1971) de J.HENNEQUIN.


Lettre signée HENNEQUIN,1er Sous-préfet de "l'arrondissement communal de Gannat" au Maire de Saint-Pourçain, datée du 8 brumaire an IX (30 octobre 1800), le motif de l'entête symbolise les "Droits de l'homme"
(Coll.J.Cornieux)

Nomination de Chevalier de la Légion d'Honneur de Joseph Hennequin le 2 novembre 1814.
(Archives Nationales)


******

Charles Gabriel Eugène Vicomte de SARTIGES: Deuxième sous-préfet de GANNAT, il naquit le 10 novembre 1770 à Sourniac (Cantal). Reçu élève de la marine Royale le 15 avril 1787. Il fût embarqué en mai suivant sur la Bayonnaise puis en octobre sur la frégate la Méduse sur laquelle il fit les campagnes d'observation des cotes de Malalbar, d'Afrique, des Philippines, de Chine, de Cochinchine etc...
Revenue en France en 1791, il embarque sur La Fidèle avec laquelle il fit, en tant qu'enseigne de vaisseau, une nouvelle campagne aux Indes Orientales. A Pondichery en juin 1793, il prend sur ordre du Gouverneur, le commandement des matelots et cannoniers débarquées pour organiser la défense de la ville,  contre 30.000 Anglais.  Le 20 août, le Gouverneur le nomme au grade de capitaine de vaisseau. Il se rendra AUX Anglais, le 23 août 1793.
Prisonnier de guerre, il sera détenu jusqu'en 1801; Il est conduit à l'Isle de France (actuelle Ile Maurice), il y restera jusqu'en 1803, il revient en France sur la corvette L'Eugénie, il se démit du service de la marine le 17 octobre 1805.
Il est nommé Sous-préfet de GANNAT le 27 mars 1807 et ce jusqu'en 1814.

il se retire à Clermont-Ferrand durant les Cents-jours (mis sous surveillance), il reprit du service en juillet 1815 et sera révoqué en juillet 1817, ne partageant pas entièrement les vues du ministère de la seconde Restauration.

Il meurt à Lyon le 8 juillet 1827.

Lettre aux Armes Impériales, datée du 2 mars 1813, signée par le Vicomte de SARTIGES, Sous-préfet du 3ème arrondissement communal.

Le Vicomte de SARTIGES est "Chevalier de l'Ordre Impérial de la Réunion", comme le stipule l'entête, depuis le 8 août 1812.(Coll.J.Cornieux)

L'ordre de la Réunion, crée en octobre 1811, par Napoléon Bonaparte.


La croix de Saint-Louis

Le 16 juin 1814, le Roi Louis XVIII, nomme De Sartiges Préfet pour la Haute-Loire.

 


Très interessant document de nommination d'un maire, signé du Vicomte de SARTIGES. Il daté du 20 septembre 1816, De SARTIGES est alors Préfet de la Hte -Loire. Il est bien mentionné qu'il est maintenant Chevalier de l'Ordre de St-Louis, ancien Capitaine de Vaisseau, mais l'attribution de l'Ordre de la Réunion est maintenant barrée!!! Cet ordre crée par BONAPARTE, n'existe plus depuis le rétablissement de la Royauté.(Coll.J.Cornieux)


*******
La Sous-Préfecture de MONTLUCON:



La Sous-Préfecture vers 1900.

Charles Pierre AMELOT: Député de l'Allier au Conseil des Cinq Cents, né à Bost (Allier), le 29juin 1760, mort à Cusset, le 23 juillet 1816, était, au début de la Révolution, administrateur du district de Cusset (Allier) et médecin; en cette qualité il suivit les armées en 1793, puis, revint dans son département où il remplit les fonctions de procureur de la commune de Cusset, et de membre du directoire de l'Allier. Elu, le 21 germinal an V, député au Conseil des Cinq Cents, il ne prit la parole qu'une seule fois, à la séance du 9 brumaire an VI, pour demander à disculper des administrateurs et des officiers civils et militaires de l'Allier, dénoncés à l'Assemblée. Le conseil passa à l'ordre du jour. Après la session, il fut nommé (27 frimaire an VIII), administrateur de la loterie nationale. Sous-préfet de Montluçon, du 18 germinal an VIII à 1815, on le retrouvera sous la Restauration Sous-préfet de Gannat du 23 mai 1819 au 8 septembre 1820.
Signature du Sous-préfet Ch.AMELOT sur un certificat de notoriété en faveur d'un ex-capitaine d'infanterie Chevalier de St-Louis. Document daté du 11 décembre 1805.
Coll.J.Cornieux.


*******
La Sous-Préfecture de LAPALISSE:


La Sous-préfecture

Jean-Marie COSSONNIER: Sous-préfet de Lapalisse de 1800 à 1814, sous-préfet et homme politique, né à Lenax (Allier), le 30 septembre 1754.

*******



La Préfecture:

Secretaire Général et Conseillers:

Gilbert CLAUSTRIER, Conseiller puis Secrétaire Général de la Préfecture de l'Allier: Représentant à la Chambre des Cent-Jours, né à Huriel (Allier), le 15 janvier 1767, mort à une date inconnue, fut porté sur son acte de baptême, fils de « Aignan Claustrier de Champanier, absent, et de dame Marie Chevalier, bourgeois, habitants de la ville et paroisse d'Huriel. » Il étudia le droit à Paris, fut, de 1786 à 1790, principal clerc au Châtelet, et prit le grade de « licencié és-lois » en 1791. Il revint dans son pays natal, et fut nommé, le 22 novembre 1792, administrateur du district de Montluçon, puis le 19 prairial an II, membre de l'administration centrale de l'Allier; l'assemblée électorale de ce département le confirma dans les mêmes fonctions le 23 germinal an V. Après avoir été (fructidor an V) frappé de destitution par le directoire exécutif, Claustrier fut renommé administrateur le 9 prairial an VI. Le gouvernement consulaire l'appela (18 germinal an VIII) aux fonctions de conseiller de préfecture. Secrétaire général de la préfecture de l'Allier le 9 vendémiaire an XI, il servit plus tard le gouvernement impérial comme commissaire des guerres (1813), et fut choisi, le 10 mai 1815, comme représentant à la Chambre des Cent-Jours, par le collège de département de l'Allier, avec 45 voix sur 83 votants et 248 inscrits. On perd sa trace sous la Restauration.


Lettre du Conseiller de préfecture CLAUSTRIER en date du 20 fructidor An X (7 septembre 1802).Il deviendra Secrétaire Général de la Préfecture le 9 vendémiaire an XI (1er octobre 1802).(Coll.J.Cornieux)

Lettre datée de Moulins du 20 mars 1806 et signée CLAUSTRIER. L'entête est maintenant surchargée de la mention "Le Secrétaire Général remplaçant Mr le Prefet de l'Allier, membre de la légion d'honneur, en tournée".(Coll.J.Cornieux)

Conformément aux ordres recus, confirmés le 17 janvier 1805, les préfets et les sous-préfets entreprirent des tournées pour établir le contact entre les rprésentants du gouvernement et les administrés. Cette innovation provoque les réactions les plus diverses dans les campagnes. Un rapport très détaillé de ces tournées est systématiquement fait au ministre.

********

Jean-François BURELLE, Conseiller de préfecture: Représentant à la Chambre des Cent-Jours, député en 1819-20, né à Moulins (Allier), le 10 mai 1772, mort le 22/09/1825, propriétaire et médecin, était « fils de Jean Burelle, avocat au Parlement, et d'Hélène Deguet, son épouse ». Il se prononça pour la Révolution. et occupa diverses fonctions publiques. Administrateur du département de l'Allier, puis conseiller de préfecture (18 germinal an VIII), il devint, le 20 avril 1815, sous-préfet de Moulins; (chaque chef-lieu de département avait alors un préfet et un sous-préfet.) Burelle laissa la réputation d'un bon administrateur, et, dans ces temps difficiles, empêcha que la ville de Moulins ne souffrît de la disette de grains. Elu, le 10 mai 1815, par 26 voix sur 48 votants et 133 inscrits, représentant de l'arrondissement de Moulins à la Chambre des Cent-jours, il vota avec les constitutionnels. Une seconde fois il fit partie du Parlement, en 1819, ayant reçu mandat du collège de département de l'Allier, par 440 voix (738 votants, 1,139 inscrits). Il se prononça, dans la législature, contre les deux lois (l'exception et pour le nouveau système électoral, amendé.


Lettre du Conseiller de préfecture BURELLE datée du 8 messidor An XI (20 juin 1803).(Coll.J.Cornieux)


****
En 1802, le 26 novembre,  un nouveau Conseiller de Préfecture est nommé à Moulins, il s'agit de DUCHEZOT, il remplace CLAUSTRIER jusqu'en 1823, il décède la même année. 

Lettre signée DUCHEZOT en qualité de Conseiller de préfecture. Elle date du 1er nivôse an XIII (22 décembre 1804).(Coll.J.Cornieux)

On retrouve  le Sieur DUCHEZOT toujours à ce poste dans l'Almanach Royal de 1820!(et BURELLE  devient Député)


*******
Ce jour du 3 pluviôse (23 janvier 1801),  François Charles Luce DIDELOT, est nommé second préfet de l'Allier.

Nomination du Préfet DIDELOT au bulletin des lois du 23 janvier 1801(Coll.J.Cornieux)

Armes de -F.Ch.L DIDELOT

Préfet, Ministre plénipotentiaire et Chambellan de l'Empereur, né à Paris le 29 mars 1769 de Jean-François DIDELOT, Fermier Général et d'Anne de la PIERRE, mort à Passy (seine)  le 1er novembre 1850.Etait en 1786 régisseur général adjoint de son père, inspecteur principal et fût nommé le 5 brumaire an Vgérant de la manufacture de tabac du Gros-Caillou. Le 14 germinal an VIII il fût nommé préfet du Finistère; Préfet de l'Allier le 3 pluviôse an IX puis envoyé en germinal an XI comme Ministre Plénipotentiaiare à la cour du Roi du Wurtemberg et fait commandeur de la Légion d'Honneur le 26 prairial an XII (15 juin 1804).

Acte de naissance de François Charles Luce DIDELOT.
(Archives Nationales)

Nomination de Commandeur de la Légion d'Honneur du préfet DIDELOT, signée Lacépède.
(Archives Nationales)

Formule de serment au Roi faite par le Préfet DIDELOT en 1822
(Archives Nationales)

 
Le 13 juillet 1807, il fût envvoyé extraordinaire près du Roi du Danemark; Crée Baron d'Empire le 30 août 1811 et Chambellan le 16 novembre suivant.
Le 12 mars 1813 il fût nommé préfet du Cher.Ce fût la fin de sa carrière politique.

*
Il arrive à Moulins le 9 floréal an IX (29 avril 1801), il sera en poste jusqu'au 2 novembre de cette même année, soit un peu plus de 6 mois!

*****

Par décret Impérial en date du 2 novembre 1801, est nommé troisième préfet de l'Allier, Jean-Xavier BUREAUX DE PUSY.Né à Port sur Saône le 7 janvier 1750, cet ancien Député aux Etats Généraux(noblesse) arrive en son Hotel Préfectoral le 6 décembre 1801.
Il est le fils de Marie Thérèse Reine Choullas et de Jean-Baptiste Bureaux de Pusy, conseiller correcteur de la chambre des Comptes de Franche-Comté. Il est ingénieur militaire au fort de Joux en 1786, en 1789 il est capitaine au corps royal du génie. En 1789, il est élu député aux états généraux par la noblesse. Il prend parti pour le peuple et il est partisan de l’ordre et de la liberté. A trois reprises il préside l’Assemblée Constituante, en février et en juin 1770 puis en mai et juin 1791. En 1792, il est arrêté avec Lafayette par les Autrichiens et enfermé à Olmutz et libéré en 1792.


Jean-Xavier Bureaux de Pusy est surtout connu pour le découpage de la France en 83 départements à l’époque. Un timbre lui est consacré en 1990 à l’occasion du bicentenaire de la création des départements français.



Jean-Xavier Bureaux de Pusy


Lettre signée du préfet Bureaux de Pusy en date du 8 floréal An X (28 avril 1802).(Coll.J.Cornieux)



Circulaire du bureau du secrétariat du Préfet datée du 25 fructidor An X (19 août 1802).Coll.J.Cornieux.

 Le Préfet Jean-Xavier BUREAUX de PUSY est nommé le 11 thermidor An X  (30 juillet 1802) Préfet du Rhône.Il décèdera en poste comme préfet, à Gênes en Italie le 2 février 1806. Son fils, Maurice, sera député de l'Allier en 1835, 1842, 1846 et Commissaire du Gouvernement de l'allier en 1848.

******

Un arrêté du du 25 thermidor An X(13 août 1802) de Bonaparte 1er Consul, place Benjamin Eléonore FROTIER de LACOSTE-MESSELIERE, nouveau préfet de l'Allier.(le quatrième)Il est né à Paris le 10 août 1760 à St-Sulpice.Il prend son poste à Moulins le 16 octobre 1802.




Arrêté original  de Bonaparte Ier Consul, portant nommination du Préfet De Lacoste-Messelière.(Coll.J.Cornieux)

Cet ancien Colonel de cavalerie, fût Député aux Etats Généraux de 1789.Il fût aussi Député du Cantal à la Convention National et Sous-préfet de Melle (Deux Sevres) depuis le 9 avril 1800.

En novembre 1804, le préfet De LACOSTE quitte Moulins pour se rendre au sacre de l'Empereur Napoléon 1er et couronnement de l'Impéartrice Joséphine à Notre-Dame de Paris, qui a lieu le 2 décembre 1804. 



Le sacre de l'Empereur par DAVID, le Préfet de LACOSTE figure sur la longue liste des invités.


L'Empire est proclamé! les nouvelles Armes Impériales.



Lettre signée de LACOSTE(MESSELIERE), datée du 24 septembre 1802.(Coll.J.Cornieux)

Le Préfet de LACOSTE-MESSELIERE meurt en fonction à Moulins, à la Préfecture le 3 juillet 1806.

Une des dernières lettres du prefet de LACOSTE, elle est datée du 14 juin 1806, il meurt 19 jours plus tard!(Coll.J.Cornieux)

Lettre du Conseiller de préfecture BURELLE, annonçant le décès du Préfet de LACOSTE et de fait, sa nouvelle fonction de préfet par intérim,  en date du 5 juillet 1806.(Coll.J.Cornieux)

*****

Médecin de profession (1787), Ferdinand Pierre Marie Dorothée GUILLEMARDET né à Couches en Saône et Loire le 3 avril 1765, se lance en politique dès 1791.Cette même année il sera Maire d'Autun, député à la Convention; memebre du conseil des Cinq-Cents.Il sera ambassadeur de France en Espagne ce qui lui vaudra d'être peint par le célèbre GOYA en 1798.Le Roi Charles IV a contre lui de nombreux griefs, Talleyrand le rappelle sur le champ pour imcompétence! Après un poste de préfet en Charente Inferieur, il rejoint la prefecture de l'Allier en tant que cinquième préfet.


Le futur Préfet GUILLEMARDET peint par GOYA en 1798 (Musée du Louvre)


Décret Impérial original nommant GUILLEMARDET Préfet de l'Allier en remplacement de DELACOSTE mort en fonction à Moulins.(Coll.J.Cornieux)


Lettre du Prefet GUILLEMARDET en date du 17 octobre 1806. (Coll.J.Cornieux)


Proclamation du Préfet de l'Allier relatant les exploits de la Grande Armée, datée du 28 octobre 1806.Elle est signée GUILLEMARDET Préfet et CLAUSTRIER Secrétaire Général.(Coll.J.Cornieux)

Le 2 octobre 1807, il est mis en non activité, sa santé mentale se dégrade, il meurt interné en 1809.

*****

Les derniers jours de l'Empire sont comptés, 1814 approche, l'Allier se verra attribuer comme sixième et dernier prefet du Premier Empire, François POUGEARD DU LIMBERT. Il est nommé le 2 octobre 1807, il arrive à la Préfecture le 10 décembre; Il sera en poste à Moulins jusqu'au 10 juin 1814.

Le jour de son arrivée à Moulins, le nouveau  Préfet POUGEARD DU LIMBERT annonce à tous les Maires de l'Allier (ici, à celui de Château sur Allier) dans cette circulaire en date du 10 décembre 1807, son installation à la tête du département.(Coll.J.Cornieux)

Né à Confolens le 3 juillet 1753, cet ancien Député aux Etats généraux en 1789, devient préfet de l'Allier le 7 octobre 1807.Il fût d'abord avocat au parlement de Paris en 1777, puis maire de Confolens en 1791/92, Juge de Paix, Représentant au Conseil des Anciens(1795/98).Préfet de la Haute-vienne en 1800.

Fidèle à L'Empeur, il revient préfet de l'Allier deux fois durant les Cents-Jours en 1815.
Il sera député de la Charente de 1821 à 1827. Il meurt à Limoges le 19 mars 1837.

Le décret Impériel du 15 avril 1806 fixe au 1er janvier 1808 le renouvellement quinquennal des Maires et adjoint des communes.Seul habilité à les nommer, le Préfet POUGEARD DU LIMBERT s'attèle à cette tâche dès décembre 1807. 

Le 15 décembre 1807, il nomme le Maire et son Adjoint pour la commune de Château sur
Allier.(Coll.J.Cornieux)


N°222 du BULLETIN DE L'ALLIER, daté du jeudi 13 décembre 1810, rédigé au Secrétariat Géneral de la Préfecture. Imprimé chez Desrosiers, Libraire, Imprimeur de la Préfecture, Rue Notre-Dame à Moulins.(Coll.J.Cornieux)



La naissance du Roi de Rome le 20 mars 1811, l'Aiglon est né!
La presse préfectoral est la seule dont dispose le département, le Bulletin de l'Allier est né en 1806.A cette époque dans le département, 9/10ème des Bourbonnais ne savent pas lire!
*****
Lettre du Préfet POUGEARD du LIMBERT datée du 16 février 1808.(Coll.J.Cornieux)

L'entête de la lettre indique : "Le Préfet de l'Allier membre de la Légion d'Honneur";
Depuis le 15 juin 1804, l'Empereur accorde la Légion d'Honneur aux membres du Corps préfectoral.


Croix de la Légion d'Honneur du type de la création le 19 mai 1802(Musée de la Légion d'Honneur Paris).

Plaque de la Légion d'Honneur modèle 1er Empire.(Coll.privée).

****
Dès 1808, Napoléon accorde des titres nobiliaires aux membres du Corps préfectral qu'il souhaite récompenser spécialement. En 1810, il décide d'anoblir tous les préfets (titre de Comte ou Baron d'Empire) et en 1813 tous les sous-préfets (Baron d'Empire seulement).


Lettre du Préfet Pougeard du Limbert du 8 juin 1810, l'entête indique maintenant le titre de Baron d'Empire.(Coll.J.Cornieux)


Armoiries du Sous-préfet VISME Baron d'Empire.


Armoiries (vierges) d'un  Préfet Baron d'Empire (le mur en haut a droite porte des crenaux pour les préfets)




Armoiries (vierges) de prefet Comte d'Empire (couleur or du mur et de la branche de chêne et 5 plumes au lieu de 3 pour les Barons)




Armoiries du Préfet Baron VIENOT DE VAUBLANC (1756-1845). Comme l'indique ses armes, il est membre de la Légion d'Honneur.



**************

Les uniformes:

Pour completer cet article, voici ci-dessous, l'arrêté original N° 163 du 17 floréal An VIII (7 mai 1800), qui réglemente l'uniforme des sous-prefets et des secrétaires généraux.(Coll.J.Cornieux)




L'uniforme des préfets sous le 1er Empire, porte les broderies argent de feuilles de chêne et olivier sur la poitrine, au col, parements de manches et ecusson de dos.Une double baguette à dents de loup se trouve sur tous les bords de l'habit.Boutons argent à l'Aigle Impérial, mais très souvent on voit sur les gravures ou tableaux de l'époque des boutons brodés d'un motif de fleur.Culotte blanche, bicorne et épée.

Le Préfet Claude Bourgeois de Jessaint (1764-1853) dans son uniforme typique de l'Empire.Il porte les insignes de Grand Officier de la Légion d'Honneur (plaque et étoile d'officier).On voit nettement la double baguette "dents de loup"sur le pourtour de l'uniforme.


Le Préfet Baron Le Peletier de l'Aunay (1782-1855) en grand uniforme vers 1808/1809. Ici on distingue très bien les boutons brodés d'un motif floral. Remarquons ses armoiries familiales en haut à gauche, surmontée du mortier à 3 plumes et dur "mur crenelé rouge"en haut à droite du blason, insignes spécifiques aux Préfets Barons d'Empire.




Le préfet Goswin de Stassart en 1810.

****


Le sous-prefet DUMONT André est nommé le 4 avril 1800. Il porte ici son costume selon le règlement du 7 mai 1800, idem celui des préfets mais sans broderies de poitrine.

*****
L'uniforme des Conseillers de préfecture, est de coupe dite "à la Française", en drap bleu très foncé, brodé au col, bas de manches et écusson de dos, de feuilles de chêne et d'olivier idem celui des sous-préfets, mais en soie bleu et blanche(au lieu de cannetille argent). Deux fausses poches plaquées sur les hanches.Une double baguette dite à "dents de loup" sur tous les bords de l'habit. Les boutons portent un motif floral.

****

Habit de Conseiller de préfecture porté sous le 1er Empire. Cet habit exeptionnel est parvenu jusqu'à nous en parfait état de conservation. (Coll.J.Cornieux)




Détail du col. Comme sur la gravure representant le Sous-préfet Dumont, on remarque bien la double baguette "dents de de loup"et le col anguleux est très haut.


Détail de la broderie de l'écusson de dos.

Détail d'une fausse poche de hanche.





Aucun commentaire: