13 mars 2008

Le Second Empire 1852-1870:



Le contexte historique :
Charles Louis-Napoléon Napoléon, prince français à sa naissance, dit Louis-Napoléon Bonaparte (20 avril 1808 - 9 janvier 1873), est le premier président de la République française, élu le 10 décembre 1848 avec 74 % des voix au suffrage universel masculin, ainsi que le troisième empereur des Français (1852-1870) sous le nom de Napoléon III. Il est donc à la fois le premier président de la République française et le dernier monarque français.


Issu de la maison Bonaparte, il est le neveu de Napoléon Ier, fils de Louis Bonaparte, roi de Hollande, et de Hortense de Beauharnais, fille de l'impératrice Joséphine. Il devient l'aîné des Napoléon après les morts successives de son frère aîné et du duc de Reichstadt (« l'Aiglon »).

Ses premières tentatives de
coup d'État, mal conçues et sans bases populaires, ont échoué ; c'est la vague révolutionnaire de 1848 qui le conduit à la prééminence politique.
coup d'État du 2 décembre 1851 lui permet ensuite de mener enfin la restauration impériale à son profit et d'exercer un pouvoir personnel sans partage, même si le caractère très autoritaire du Second Empire ne cesse de s'atténuer après 1859 pour faire place progressivement à « l'empire libéral ».

Le futur Napoléon III fait connaître tôt sa philosophie politique dans Idées napoléoniennes et dans L'Extinction du Paupérisme (
1844), mélange de romantisme, de libéralisme autoritaire, et de socialisme utopique. Admirateur de la modernité britannique, son règne est marqué par une oeuvre de développement industriel, économique et financier considérable, notamment par la transformation de Paris par le préfet Haussmann. La fin de son régime fut scellée par sa défaite de 1870 lors de la guerre franco-prussienne.

L'uniforme :



Sous le Second Empire, l'uniforme du corps préfectoral retrouve son faste et L'Empereur s'inspire très largement du Premier Empire pour redonner de l'éclat aux costumes militaires et civils.

Retour donc, des broderies somptueuses et exubérantes sur le costume du préfet, celui du sous-préfet reste plus discret.



Le préfet Boniface Jules de Castellane-Majastre(1812-1900), ici préfet de la Drôme en 1862; Il fût Sous-préfet de Montluçon en 1850.coll.J Cornieux


Le préfet Louis Hippolyte DIEU (1812-1887) en 1860, alors Président du Conseil de Préfecture de la Seine, remarquez les Palmes d'Officier d'Académie brodées sur le coté gauche...


Le Préfet Denis Gavini de Campile (1819-1916) ici en 1863, préfet des Alpes-Maritimes.


Le Préfet DUBOIS DE JANCIGNY  vers 1864



Le Préfet FEART(on distingie bien ici, les bords brodés au dessus de la ceinture-écharpe)

Il se porte "dégagé" laissant apparaitre un plastron blanc avec col cassé et noeud papillon.



 
Les bas de manches ne sont brodés que d'un seul rang de broderie. Seul, le fait que le sous-préfet ne porte pas de broderies de poitrine, distigue les deux grades!

Habit II Empire, remarquez la broderie sur les bords en bas vers la ceinture.


Détails du bord brodé, des habits fabriqués sous le II Empire.

Le bicorne est du même modèle que sous la Monarchie de Juillet, si ce n'est les dimensions qui diminues. Il est plus bas et comporte le bouton à l'aigle.

Pour la première fois, le képi apparait dans la tenue du corps préfectoral, (voir précedent article) très à la mode et moins encombrant, il est la coiffure de petite tenue. Il est directement inspiré des coiffures militaires; il sera à un sera à un rang de broderie pour le garde de préfét et de sous-préfet! La distinction des deux et un rang de broderies ne viendra qu'après la chute du II Empire, en 1873!

L'habit de sous-préfet ne comporte pas de broderies de poitrine.
                     Détail d'un habit de sous-préfet du modèle du II Empire(Coll.J.Cornieux)
Une simple baguette "dents de loup" se trouve sur tous les bords de l'uniforme. les boutons argent arborent maintenant les boutons à l'aigle, symbole du nouveau régime en place.

Les faux plis des basques(longs pans au dos) sont surlignés d'un baguette torsadée en argent.

Les broderies classiques du modèle figurent au col, bas de manches et écusson de dos.

Détails du parement de manche de l'habit commun au deux grades.


Bicorne et képi, coiffures communes aux deux grades (préfet et sous-préfet) Coll.J.Cornieux.

Un pantalon bleu très foncé ou blanc avec sous-pieds complete la tenue.

L'écharpe bleu/blanc/rouge et l'épée sont de circonstance
       Un sous-préfet Chevalier de la Légion d'honneur sous le Second Empire.(Coll J.Cornieux) 


     Habit de sous-préfet vu de dos.(coll.J.Cornieux)

Jean-Jacques HENNER(1829-1905) Sous-préfet d'Altkirch en 1855  
La double baguette au col et au parement de manche est en théorie abandonnée depuis 1852!

                                                           
La coupe reste la même, le col n'a plus la forme anguleuse typique des années antérieures mais arrondie et fuyante.

1 commentaire:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.