06 octobre 2006




Cette étude va maintenant se porter sur les coiffures du corps préfectoral en vigueur sous la IIIème république.
Semblables à celles portées sous le Second Empire, elles ont pourtant des différences dans leurs formes et l’aigle impérial des boutons fait place au faisceau de licteur républicain.
La première pièce étudiée sera le bicorne. Les seules différences sont au niveau de la ganse brodée, si les feuilles de chêne et de laurier sont toujours présentes, la broderie(déjà détaillée) varie(voir photo), en effet il suffirai de changer le bouton pour transformer un modèle plus récent en modèle II Empire. Mais la ganse de la coiffure portée après 1871 comporte sous le bouton , un groupe de deux feuilles de laurier encadrant un fruit, puis une feuille alternativement chêne/laurier.
Celle du II Empire à un groupe de quatre feuilles sous le bouton(à l’aigle)puis groupes de trois feuilles de laurier et une de chêne alternativement.
C’est un moyen sur et non pas une fantaisie de brodeur, pour distinguer un modèle de l’autre.
Certes, parfois le marquage intérieur est significatif(Fournisseur de sa Majesté…)pour déterminer l’époque, mais ce n’est pas une règle. Il y a des coiffures sans aucuns marquage de chapelier.
La forme générale des bicornes varie selon l’époque, assez haut vers 1852, plus bas vers 1860, les pointes plus remontées sous la IIIeme République.
Le préfet adopte les plumes blanches, d’après le décret de préséance de 1907 promulgué par Clémenceau alors ministre de l’Intérieur et président du Conseil.
Avant cette année, ils conservent les plumes noires, communes à tout le corps.
Les conseillers eux, portent la ganse avec bouton brodé(variante avec feuilles ou de motif floral), les vices -présidents du conseil de préfecture , le bouton métallique, mais ce n’est pas une règle absolue, puisque les tailleurs font correspondre le bouton du bicorne à ceux de l’uniforme. La tunique 1872 ayant des boutons en métal du modèle commun a tout le corps, et brodés sur la grande tenue!
A suivre, les képis…..

Aucun commentaire: